Je suis attirée par le travail de la lumière et de l’ombre pour sa subtilité, pour être à cheval sur deux mondes, pour que l´absent devienne présent.

La fantaisie a été très présente tout au long de mon enfance. Je me suis perdue à imaginer de nouvelles réalités, au-delà de ce qui est à première vue. Et ça a été une constante dans ma vie.

C’est ce qui m’a incité à travailler avec la lumière et l’ombre. Être à cheval entre deux mondes qui, subtilement, rend présent l´absent. Et cette passion m’a amenée, en 2002, à créer et diriger la compagnie de théâtre d’ombres aSombras. A la recherche de ce langage, j’ai pu imaginer et créer ces beaux univers oniriques pour mes spectacles.

Maintenant, j’ai donné à cette passion une nouvelle forme avec ma marque Alexandra Eseverri. Je crée des objets qui vont au-delà du décoratif. Inspiré par la nature, la botanique, le calme, le continent asiatique, le subtil. Cette nouvelle aventure est une fenêtre qui s’ouvre sur quelque chose d’autre. Je me déclare une admiratrice du continent asiatique. Sa façon de regarder, de comprendre le monde.

Je suis attirée par leur culture, leur façon d’apprécier la beauté et la spiritualité dans la vie quotidienne. C’est un regard qui enrichit les détails, car c’est plus que voir: c’est s’arrêter pour sentir.

«Je me perds en coupant; les ciseaux et le scalpel sont ma brosse et mes pinceaux».
Mon amour pour le papier et toutes les techniques de découpe et de pliage, comme le kirigami japonais et le papier découpé chinois, peut venir de là. Ils sont ce qui me permet de façonner un univers onirique et poétique inspiré de la nature.

Je travaille avec mes mains, ma tête et mon cœur. J’apprécie le processus, qui doit être lent et prudent, en accordant une attention particulière à chaque détail. Et je pense que cela se voit dans le résultat de chacune de ces œuvres délicates.